saison 2020·21

  • jardín impuro

Andrés Marín, le plus novateur des classiques, a insufflé à la tradition du flamenco un vent de fantaisie personnelle et géniale. Ses nuits dans les jardins d’Espagne sont un voyage dans nos paradis perdus.

le retour d’andrés marín à la pureté du flamenco

JARDÍN IMPURO

danse

chorégraphie, direction artistique Andrés Marín
collaboration spéciale au chant José Valencia, Segundo Falcon
guitariste Salvador Gutierrez
guitare électrique, vielle à roue Raúl Cantizano
percussion Daniel Suárez
clarinette Javier Trigos
son Kike Seco

l’histoire |

Nous connaissons bien Andrés Marín qui seul ou avec Bartabas nous a présenté au fil des saisons Yatra, Golgota<.i> ou D. Quixote. Attaché au répertoire et à la tradition du flamenco, le Sévillan quinquagénaire en a pourtant profondément renouvelé le langage et subverti les codes qu’il a universalisés s’ouvrant ainsi les temples de la danse contemporaine à travers le monde. Sa nouvelle création est née d’une commande du musée Picasso à Paris. Marín s’est emparé de cette carte blanche et l’a noircie à grands traits précis et vifs pour peindre et pénétrer ce qu’il nomme son jardin impur. On suit l’homme qui défiant les lois en se voulant l’égal du divin fut un jour chassé du jardin d’Eden et s’est vu condamné à l’errance, exil éternel que porte en soi la musique flamenco. De sa représentation de l’Arlequin de Picasso aux clins d’oeil au théâtre de l’absurde, de scènes comiques en références folkloriques, l’artiste nous tend un miroir défendu.

ce qu’ils en disent |

À l’origine, Jardín impuro est une carte blanche du musée Picasso de Paris. Au fil des représentations, elle s’est transformée et a acquis différentes textures jusqu’à atteindre une autre ampleur. C’est une zone sans frontières qui me permet de me déplacer librement à travers mon univers, au fil de mon imagination, sans aucun type de liens. C’est un espace dynamique, toujours actif. Andrés Marín

ce qu’ils en pensent |

Andrés Marín, figure magnétique de la nouvelle scène contemporaine, poursuit sa quête follement libre d’un art enraciné et audacieux. Il pulvérise les formes, les lignes, se dressant avec la grâce tranchante qui est la sienne contre l’académisme. Rosita Boisseau, Télérama
Jardín impuro c’est un livre qui contient de multiples histoires qui à chaque fois qu’on l’ouvre présente un argument et un final différents, car il entre en jeu avec l’état d’esprit du spectateur, cherche à réveiller des inquiétudes et ça ne laisse pas indifférent. David Montes, Flamencomania
La pièce est du risque pur. Il n’y a pas de concessions, ni de compromis. Andrés Marín n’est responsable qu’envers lui-même. Envers lui et l’art comme expression de ce qui lui appartient. Silvia Calado, Global Flamenco
salle Jacques Audiberti
  • mardi 1er juin 2021 | 20h00
Vente à l'unité à partir
du samedi 26 septembre 2020 à 14h.
abonnez-vous en ligne

Bourse des spectateurs

La bourse des spectateurs est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.

Covoiturage

La bourse de covoiturage est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.