saison 2019·20

  • la traviata - Sonya Yoncheva et Jean-François Borras
  • la traviata - Sonya Yoncheva
  • la traviata - Sonya Yoncheva et Jean-François Borras
  • la traviata - Sonya Yoncheva
  • la traviata - Sonya Yoncheva et Jean-François Borras
L’ouverture d’antipolis théâtre d’antibes

la traviata

opéra en trois actes de Guiseppe Verdi mise en scène Jean-Louis Grinda production Opéra de Monte-Carlo, Opéra-théâtre de Saint-Étienne, Théâtre Carlo Felice de Gênes, Choeur de l'Opéra de Monte-Carlo dirigé par Stefano Visconti, Orchestre Philharmonique de Nice dirigé par Antonino Fogliani

création
avec Sonya Yoncheva, Liliana Mattei, Loriana Castellano, Jean-François Borras, Luca Salsi, Frédéric Diquero, Gabriele Ribis, Guy Bonfiglio, René Schirrer, Walter Barbaria, Romano Dal Zovo lumières Laurent Castaingt décors Rudy Sabounghi costumes Jorge Jara chorégraphie Eugénie Andrin assistant mise en scène Vanessa d'Ayral de Serignac

dans le cadre des Nuits d'Antibes

l'histoire

La pièce qui illustre le sacrifice par amour, ou plus exactement l'histoire d'une courtisane parisienne, Violetta, qui renonce à l'amour pour ne pas nuire à la réputation de sa "belle famille".

ce qu'ils en disent

La censure, officielle ou morale, a été la compagne la plus constante dans la vie de Giuseppe Verdi. Celle-ci s'attaquait généralement aux thèmes politiques abordés par le compositeur de Bosetto : l'assassinat d’un roi en scène, la conduite répréhensible d'un autre monarque (François 1er devenu Duc de Mantoue dans Rigoletto) ou encore les innombrables appels masqués à la révolte contre l'Autriche dont ses oeuvres de jeunesse sont émaillées. Mais jamais elle ne le frappa aussi intimement que pour la Traviata (la dévoyée) : Verdi partageait alors sa vie avec Giuseppina Strepponi, créatrice d'Abigaille (Nabucco) fille-mère au passé mouvementé, et devait affronter les vexations et le rejet de la bourgeoisie bien pensante. Difficile de ne pas faire le rapprochement avec l'histoire de cette courtisane parisienne. Frappée par la tuberculose, elle meurt dans un dénuement total, apportant la dimension pathétique que le mélodrame du XIXème exigeait. Four absolu le soir de sa création, La Traviata est unanimement reconnue comme l'une des oeuvres majeures de l’art lyrique et surtout la plus belle narration musicale du fondement du romantisme : le sacrifice par amour. Jean-Louis Grinda

saison de printemps 2013

durée 3h avec entracte salle Jacques Audiberti
  • samedi 6 avril 2013 | 20h30
téléchargez le dossier de presse

Bourse d'échange de billets

La bourse d'échange est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.

Covoiturage

La bourse de covoiturage est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.