Cher cinéma
Cher cinéma
Cher cinéma

Cher cinéma

danser le cinéma
abonnez-vous

l’histoire

Après avoir voisiné avec le récit mythologique (Ulysse et Pénélope, présenté à anthéa la saison dernière), Jean-Claude Gallotta se penche aujourd’hui sur des figures plus proches, plus réelles, celles qui ont fait et font le cinéma, et qui ont joué un rôle important dans la construction de son cheminement artistique. La danse et le cinéma s’interpénètrent depuis toujours dans l’univers de Gallotta, de références subtiles en séquences entières de films reprises dans ses spectacles. Par ce lien ténu, le chorégraphe est devenu source d’inspiration pour plusieurs réalisateurs, avant de lui-même franchir le cap et devenir cinéaste. Cher cinéma est donc un hommage au septième art tout autant qu’une affirmation définitive de ce double amour qui nourrit depuis toujours le créateur.

ce qu’ils en disent

C’est un hommage aux cinéastes que j’ai croisés dans ma vie. J’aime bien les hommages, ça me donne une impulsion pour pouvoir parler des choses, ça me permet de tremper ma danse, qui est spécifique, abstraite et singulière, dans d’autres univers. Je voulais donc honorer le cinéma. Mais au départ, c’était un océan, ça m’a fait peur. Alors je me suis souvenu de mes rencontres avec des cinéastes... J’en ai réuni douze, avec qui j’ai mené des projets ou que j’admire. Comme Fellini, Bertrand Blier, Claude Mouriéras, Anne-Marie Miéville, Nanni Moretto, Robert Guédiguian, Raul Ruiz, Léos Carax, Jean- Luc Godard... En fait, dans ce spectacle, je leur parle. Je leur ai écrit une lettre où je leur parle intimement, pour rappeler ce qui s’est passé entre nous et, à la suite de ça, j’offre une danse. Comme un cadeau personnalisé. Je ne fais pas d’illustration d’une œuvre ou d’un film, c’est vraiment un rapport humain. Même si beaucoup ont disparu, comme Patrice Chéreau, je raconte notre rencontre en voix off, et les danseurs offrent leur danse. Jean-Claude Gallotta

ce qu’ils en pensent

Un chorégraphe amoureux des corps qui dansent, qui a inventé un mouvement, une gestuelle, alliant merveilleusement abstraction et sensualité. Rosita Boisseau, Télérama
Dans ce bel hommage à l’art qui a nourri ses rêves, son imaginaire et ses voyages, Jean-Claude Gallotta se penche sur les grands noms de la pellicule qui ont marqué sa trajectoire artistique. Midi Libre
Gallotta ? Une approche qui a révolutionné la danse contemporaine, des paris toujours enthousiasmants et réussis. Ariane Bavelier, Le Figaro
Vente à l'unité à partir
du samedi 07 septembre 2024 à 15h
abonnez-vous