Le Rendez-vous

Le Rendez-vous

après de nombreux films dans le monde entier, camille cottin revient enfin sur scène
abonnez-vous

l’histoire

Les jambes écartées, une femme observe le crâne dégarni du gynécologue qui l’ausculte. Elle se lance dans un monologue absolument déjanté et lui parle de ses fantasmes, des détails de sa vie sexuelle ainsi que de son histoire familiale – le fait d’avoir grandi dans une famille allemande après la Shoah. Exilée dans son corps, exilée au Royaume-Uni, elle décide alors de conjurer le silence grâce au rire. Elle décrit au médecin sa fascination pour M. Shimada (un créateur japonais de sex-toys), ses séances avec Jason (son psy, aussi incompétent que désespéré lorsqu’il doit sagement écouter les obsessions hitlériennes de sa patiente) et bien sûr sa grande histoire d’amour avec K (un homme marié qui a bouleversé la vie de la jeune femme après leur rencontre dans des toilettes publiques...). Entre la découverte d’écureuils comestibles et l’art du sexe oral, entre une mère envahissante et le pyjama du Führer, elle se débarrasse des conventions pour caresser son rêve le plus fou : retrouver sa liberté – et s’offrir un sexe circoncis !

ce qu’ils en disent

Dans ce monologue-confession, comme un rêve éveillé, une femme d’origine allemande a rendez-vous chez son gynécologue, dans le but de se faire greffer un pénis circoncis, et va se confier à lui. À travers ce personnage, l’auteure, non sans humour et sarcasme, explique son mal-être d’être née avec le mauvais corps et fustige l’idée de rentrer dans la norme. Une réflexion intime qui met en branle les fondements de l’identité, notamment en convoquant un regard critique sur son pays natal, au passé nazi.
Ce qui m’intéresse dans ce roman, c’est cette écriture qui navigue entre la réalité, le fantasme et la fiction. Les punchlines et le cru se mêlent au sensible et à la poésie. Le texte nous questionne sur les mécanismes pervers qui conditionnent notre société. La frontière entre l’histoire personnelle et la fiction est trouble, quand il s’agit du rapport que le personnage entretient avec la sphère familiale, sa relation au corps, au sexe, à l’amour et à la religion. Jonathan Capdevielle

Katharina Volckmer est incisive, percutante, dérangeante, et suprêment drôle. Camille Cottin
Vente à l'unité à partir
du samedi 07 septembre 2024 à 15h
abonnez-vous