Sans Andromaque

Sans Andromaque

anthéa soutient le remarquable travail d’une compagnie locale, créée à l’origine à la comédie de saint-étienne
réservez

l’histoire

Créée à Saint-Étienne en 1997, la compagnie La Berlue s’installe dans les Alpes-Maritimes en 2009, avec l’appui de la Ville de Cannes et du Conseil général. Elle a monté une vingtaine de spectacles, en France et à l’étranger. Pour la première fois, le collectif s’attaque à une pièce du répertoire classique, Andromaque de Racine, avec la volonté d’en donner une lecture contemporaine. Ils prennent le parti audacieux de supprimer le personnage d’Andromaque, laissant Hermione, Oreste et Pyrrhus être les seuls moteurs de la tragédie. De ces héros déchus dont l’égoïsme n’a plus rien de grandiose, qui livrent leur cœur en pâture dans la violence aveugle de leurs passions, retentit un irrépressible et intemporel besoin d’amour. Parce que la guerre de Troie vaut pour toutes les guerres, les références historico-politiques de la pièce originelle ont été allégées. De même la scénographie privilégie l’épure. Sur scène, les comédiens se travestissent à vue, se griment et rejouent en direct cette histoire de la folie amoureuse, de la violence, et du pouvoir.

ce qu’ils en disent

En choisissant de supprimer le personnage d’Andromaque, nous faisons d’Hermione, d’Oreste et de Pyrrhus les seuls et véritables protagonistes de notre adaptation. Restera le désir. Restera la passion, la fureur. Restera la folie. L’issue est inéluctable. Féroce. Le désir inassouvi. Sommes-nous faits pour le bonheur ? Dans le fracas du monde, leurs interrogations sont sans appel. Déchirant aveu qui clôt la tragédie et espère voir dans la nuit qui s’achève se lever une aube nouvelle. Frédéric Fialon

ce qu’ils en pensent

Le comédien maîtrise comme peu l’art de la rupture. Au fil de son écriture nerveuse, il ne cesse de surprendre son monde et trouve, souvent, la bonne saillie, la bonne réplique, le bon trait d’esprit, celui qui prend par surprise, telle une mini embardée, et fait jaillir le rire. Vincent Bouquet, Sceneweb
Un spectacle bluffant, aussi drôle que poétique. Une performance tout simplement spectaculaire. Rossana Di Vicenzo, Télérama
La rencontre avec l’illuminée devient par la science du théâtre de François de Brauer une rencontre avec le public. Un rayon de soleil qui réchauffe le cœur et enchante. À ne pas manquer ! Agnès Santi, La Terrasse
réservez abonnez-vous