Baudelaire, Prince des huées

Baudelaire, Prince des huées

de l’adolescent rebelle au poète rock’n’roll !
réservez

l’histoire

Clément Althaus multiplie les expériences comme auteur, compositeur, interprète, comédien et metteur en scène. Depuis plusieurs années, il compose la musique des créations du Collectif 8, entre autres pour La Religieuse de Diderot, L’Homme qui rit, de Victor Hugo ou encore, d’Edgar Poe, Double assassinat dans la rue Morgue. Autant de relectures novatrices données à anthéa ou au Théâtre National de Nice. Avec la compagnie Start 361°, Clément Althaus a monté Diogène, l’Opéra rap et Jean de La Fontaine, La fable musicale. L’auteur-compositeur revient aujourd’hui sur scène pour un spectacle autour de la figure de Charles Baudelaire et de son œuvre. Il nous emmène dans une folle traversée au son de la guitare électrique et pulsations électro. Il sera beaucoup question du jeune homme aussi brillant qu’indiscipliné qui deviendra le poète des Fleurs du mal qui, depuis leur parution en 1857, n’ont rien perdu de leur aura auprès de la jeunesse.

ce qu’ils en disent

À 15 ans, Charles Baudelaire est interne au lycée Louis-le-Grand, à Paris. Un jour, en classe, un élève lui glisse un message sur un papier. On le surprend. On lui demande de remettre le billet. Il refuse, le déchire et l’avale. « Je vous renvoie ce jeune homme qui était doué de moyens assez remarquables mais qui a tout gâté par un très mauvais esprit », écrit le directeur à sa mère. Exaspéré, son beau-père, le général Aupick, l’envoie aux Indes. Le voilà embarqué en direction de Calcutta. Peut-être que ce voyage le fera rentrer dans le vrai ? Car s’il doit nous revenir poète, il devra puiser ses inspirations à meilleure source que dans les égouts de Paris ! Sauf si l’on cherche le beau dans le laid. Sauf si l’ordre et la bourgeoisie nous inspirent le plus profond dégoût. Commence alors une longue traversée aux allures de quête initiatique où derrière la silhouette d’un adolescent épris de liberté on voit déjà se dessiner celle du poète maudit. Clément Althaus

rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation du mercredi 10 mai
réservez abonnez-vous