Revue de presse

Revue de presse

alévêque refait la une
réservez

l’histoire

Imaginer que le temps passé depuis son dernier seul en scène ait pu calmer les ardeurs de Christophe Alévêque et lui enlever l’envie de dépasser les bornes, ce serait vraiment mal le connaître ! Il nous revient tel qu’en lui-même, « humoriste engagé, dégagé, à la marge, clown dérisoire ou missionnaire », plus que jamais décidé à éplucher les grands sujets de l’actualité aussi bien que les petits. Un passage en revue qui tourne vite au passage à tabac salvateur en ces temps de couvre-feu moral. Peut-on rire de tout ? Christophe Alévêque ne s’embarrasse pas de cette rengaine. Il a bien trop à faire pour mettre de l’ordre dans son « foutoir de papiers, articles, prises de becs et notes » d’où il tire une revue de presse qui dit tout de l’incohérence étalée jour après jour, de la perte de sens, de l’abrutissement de masse. Les gens de pouvoir et les risibles manipulateurs de l’actualité n’ont qu’à bien se tenir. Christophe Alévêque, lui, se moque d’avoir de la tenue quand il s’est donné pour mission de déchiqueter le monde sans pare-balles mais non sans éclat de rire !

ce qu’ils en disent

Je suis quelqu’un qui improvise beaucoup. Après il ne faut pas croire que c’est l’aventure totale ! Mais il m’arrive de prendre un chemin sans savoir où je vais finir. Et c’est ici que la liberté s’exprime pleinement. Et au niveau de l’éloquence, ça se passe naturellement, les mots viennent de manière assez mystérieuse. Quand on écrit, on peut rester devant une page pendant deux heures à chercher les mots, le bon mot, y revenir, recopier, déchirer… Quand on est sur scène, c’est totalement différent et c’est là que la pensée se développe véritablement. L’improvisation est un exercice extrêmement difficile. Je fais parfois des spectacles uniquement avec des revues de presse. Je n’ai que quelques notes et, pour le reste, je me laisse aller. Et, à un moment donné, il faut une confiance en soi assez folle, au-delà du raisonnable. Il faut quelque part être inconscient. Il ne faut pas raisonner. Il faut prendre cette liberté que l’on a et la glorifier, la survolter ! Il ne faut pas avoir peur de se planter. Et le reconnaître si c’est le cas. Christophe Alévêque

ce qu’ils en pensent

Cette année encore, Christophe Alévêque revient avec ses feuilles de notes et son pupitre pour délivrer une redoutable revue de presse, exercice dans lequel cet héritier de Guy Bedos excelle. […] Exutoire face à la folie du monde, thérapie collective pour citoyens déboussolés, le spectacle de Christophe Alévêque, insolent et revigorant, tient sa promesse : on en ressort plus léger que quand on est entré, avec une furieuse envie de se déconnecter de l’info en continu. Sandrine Blanchard, Le Monde
Yeux facétieux, mèche rebelle, debout devant un pupitre, Christophe Alévêque promet de faire un «tour exhaustif et objectif de l’actualité. Le spectateur ne boude pas son plaisir d’entendre tout haut ce qu’il pense tout bas. Nathalie Simon, Le Figaro
réservez abonnez-vous