Charlie Winston, as I am tour

Charlie Winston, as I am tour

le plus frenglish des chanteurs
réservez

l’histoire

En 2009, son tube « Like a Hobo » promettait à Charlie Winston une ascension fulgurante. Mais peu après, des ennuis de santé le mettaient à deux doigts d’interrompre sa carrière. Remontant la pente en 2018 avec l’album Square 1, il lui aura fallu le huis clos du confinement de 2020 pour qu’il plonge en lui-même et retrouve toute sa créativité. À cela il faut ajouter la rencontre déterminante avec Vianney. Une vraie complicité a uni les deux artistes sur les onze morceaux de As I Am, un album intimiste où le chanteur ne craint pas de mettre en mots et en musique un débat intérieur qui l’agite depuis longtemps : être un artiste anglais populaire en France et globalement ignoré dans son pays. D’ailleurs chacune des chansons de cet opus est une confession, telle « Don’t Worry About Me », co-écrite avec Ibrahim Maalouf, où il se défait gaiement d’une tendance à l’auto-apitoiement. À présent, Charlie Winston est fin prêt à reprendre la route, son chapeau bien vissé sur la tête, en éternel hobo du rock et du folk. Et dans notre région, il est vraiment chez lui.

ce qu’ils en disent

Si Square 1 a été la phase de conception, As I Am est celle de l’accouchement. Il existe une continuité entre les deux. Cet album va plus loin dans une démarche similaire : explorer qui je suis, remettre en question certaines de mes certitudes. Ce dont j’avais besoin pour me sentir plus libre. Le fil conducteur c’est le lâcher prise, l’acceptation de ses propres limites. Être multi-instrumentiste, avoir enregistré sept albums et connu le succès, à la longue on se fait une idée de soi-même qui mérite d’être corrigée. D’où la nécessité du lâcher prise. Bien qu’il soit de dix ans mon cadet, Vianney a compris cet enjeu. Il n’y avait rien à protéger entre nous. C’était extrêmement naturel et très riche comme relation de travail. Charlie Winston

ce qu’ils en pensent

Charlie Winston a conquis le cœur du public il y a près de dix ans. Depuis, il a gagné en puissance et en douceur, posant sur la vie un regard réaliste et pourtant apaisé. Il a l’habitude d’enflammer les salles où il se produit en concert. Gilda Benjamin, Paris Match
réservez abonnez-vous