Stéréo
Stéréo

Stéréo

création du nouveau spectacle électrique de philippe decouflé
réservez

l’histoire

Philippe Decouflé confie lui-même que ses spectacles sont comme « des puzzles dont chaque spectateur peut assembler les pièces comme bon lui semble ». Pour Stéréo il dit avoir pensé à Drastic Classicism de Karole Armitage pièce exemplaire du style contestataire de la chorégraphe américaine associant le mouvement du ballet à la musique punk interprétée en live. Stéréo recherche sur le plateau la même énergie « rock » en mêlant la performance des danseurs-circassiens à un trio de musiciens : guitare, basse, batterie. Sous la bannière de « performers » se rangent de jeunes talents venus d’horizons divers, danse classique et contemporaine, acrobatie, hip-hop, art du clown... Tous revendiquent leur formation pluridisciplinaire, leur parcours hybride, des termes chers à Philippe Decouflé qui depuis les années 1980 s’est débarrassé des carcans en ouvrant ses chorégraphies au vent de toutes les influences artistiques. En fusionnant musique et danse, Stéréo oscille entre le concert et le spectacle. Stéréo est avant tout une façon de tordre le nez aux stéréotypes.

ce qu’ils en disent

Techniquement c’est Merce Cunningham qui m’a le plus formé à la danse. À New York, j’ai suivi les stages de vidéo que lui-même donnait : passionnant. J’y ai appris à maîtriser les problèmes de distance et de géométrie, les règles élémentaires de l’optique et du mouvement. Tex Avery m’a beaucoup inspiré dans la recherche de gestes a priori impossibles à réaliser... Il me reste toujours quelque chose de ce désir, une bizarrerie dans le mouvement, quelque chose d’extrême ou de délirant... Je recherche une danse du déséquilibre, toujours à la limite de la chute. Avec des modèles comme les Marx Brothers par exemple, et en particulier Groucho Marx, j’ai cultivé la prise de risque malicieuse, la répétition comique de l’erreur... Philippe Decouflé
réservez abonnez-vous