Selah Sue

Selah Sue

« un album solaire, d’un groove soul irrésistible »
réservez

l’histoire

Après des débuts tonitruants, marqués par l’inoubliable Raggamuffin, et plus d’un million d’albums vendus, la jeune chanteuse belge Selah Sue a traversé une période de doute et de dépression qui l’a éloignée de la scène et des studios d’enregistrement. Ce n’est pas se montrer indiscret que de le dire puisqu’elle-même en a parlé publiquement et qu’aujourd’hui Persona témoigne de ses tourments. Il ne s’agit pas d’un album de confessions mais plutôt de reconstruction par la musique. Il en résulte des chansons douces, ouvertes, influencées par les sonorités hip-hop et soul des années 90 mais aussi pop ou jazz. Toutes sont différentes car toutes sont censées dévoiler un pan de sa personnalité. Ainsi découvre-t-on au fil des morceaux les fragments d’un portrait : l’Amoureuse, l’Hédoniste, la Mère, la Soucieuse, etc. Persona peut faire penser au film de Bergman à qui Selah Sue aurait pu emprunter cet autre titre : À travers le miroir, tant ses chansons se présentent comme une traversée des apparences, une connaissance de soi qui passant par les gouffres va vers la lumière.

ce qu’ils en disent

Pour moi il est clair que nous avons tous des personnalités plurielles. Chez moi le côté autocritique prend beaucoup de place – j’ai toujours l’impression de ne pas être à la hauteur. Je vois mes « personas » comme si elles étaient toutes à bord du même bus. En tant que conducteur, j’aimerais avoir le contrôle total du volant, mais tous ces moi ont leurs propres idées sur la façon dont le bus devrait être conduit et me poussent de côté pour prendre le volant. La liberté de choix est perdue. L’objectif est de devenir « le gestionnaire de ces moi », d’écouter chacun d’entre eux. Les accepter et les aimer. Mais sans les laisser prendre le contrôle total… Selah Sue

ce qu’ils en disent

Un album solaire, nourri d’un groove soul irrésistible et d’une musique électronique régénérante. Stéphane Binet, Le Monde
En phase avec son époque, la jeune chanteuse flamande est capable de tout : du R’n’B très américain comme de la ballade cotonneuse, du rap européen à la soul éternelle, et même un peu de bossa nova. Persona aligne les titres comme autant de singles potentiels. Stéphane C. Jonathan, Sud-Ouest
Toujours baignée dans la pop et les musiques noires, du jazz au hip-hop en passant par la soul et le blues, Selah Sue a plus que jamais envie de faire des étincelles sur scène. Jimmy Boursicot, Nice-Matin
réservez abonnez-vous