Carla Bruni

Carla Bruni

prima donna

l’histoire |

Entre Quelqu’un m’a dit et Quelque chose, il y a eu quelques années, quelques albums, quelques silences mais une constante : un son qu’on ne peut confondre avec aucun autre. Parce que Carla Bruni est une personnalité exposée, que son talent est reconnu et sa renommée sans frontières, on aurait tendance à chercher derrière chaque album une manière d’autoportrait et derrière chaque mot un aveu. Une voix nous touche parce que rien n’est plus intime. Toutes les chansons de Carla Bruni sont des chansons d’amour. Elles sont personnelles en cela qu’elles sont humaines, qu’elles privilégient la nuance, marient l’ombre à la lumière. Elles sont claires et obscures, un peu à l’image de son nom qui donne son titre au nouvel album. Pour ce disque enregistré sur le vif dans une réalisation d’Albin de la Simone et des contributeurs tel Calogero, Carla Bruni a composé des nouveaux morceaux en français, une chanson en anglais, une en italien et une reprise en espagnol de Porque te vas, cruelle comme le souvenir.

ce qu’ils en disent |

Quand j’écris une chanson, je fais en sorte qu’elle apparaisse familière, qu’elle soit simple à l’oreille. J’évite la complexité qui rend les choses artificielles. Carla Bruni

ce qu’ils en pensent |

Caria Bruni se révèle plus que jamais en chanteuse, qui aurait enfin trouvé sa place entre la mélancolie de Françoise Hardy et la noirceur de Barbara. Pas moins. Benjamin Locoge, Paris Match
Ce Carla Bruni retrouve l’inspiration et la spontanéité de son premier et meilleur album. Les bonnes chansons coulent à flots. On doit en partie ce nouveau souffle au réalisateur de l’album, Albin de la Simone, qui a poussé la chanteuse et la parolière dans ses retranchements. Éric Bureau, Le Parisien
Une grande vivante qui sort son cinquième album, sans titre, juste son nom sur la pochette comme un autoportrait, un bilan, comme s’il n’y avait rien à ajouter. Et peut-être dit-elle en effet tout dans ces treize titres comme autant de facettes de sa personnalité, qui oscillent entre joie, sensualité et mélancolie. Nelly Kaprièlian, Vogue
abonnez-vous