Alain Souchon, en concert ici & là

Alain Souchon, en concert ici & là

c’est la vie

l’histoire |

Annie Ernaux citant Alain Souchon dans sa « Lettre » au président de la République avisé juste car tout le monde connaît les chansons de Souchon. Depuis le début des années 70, elles nous accompagnent, elles marquent notre temps et racontent nos Années. Alain Souchon est ce qu’on appelle un chanteur populaire non seulement parce qu’on peut tous souchonner un de ses airs mais aussi parce que ses textes, nourris d’une inlassable observation de notre société, nous parlent directement. Les thèmes en vogue comme la décroissance, l’état de la planète, l’hystérie religieuse ou l’ultramoderne solitude, il les a égrenés à sa manière, toujours délicate, au fil des ans et des refrains. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter ce programme du rockeur mélancolique, plus politique qu’il n’y paraît, plus actuel que jamais.

ce qu’ils en disent |

La première fois que j’ai vu le monde, il était comme ça. Ça ne veut pas dire que je trouvais que c’était mieux à cette époque-là. Beaucoup de gens disent : « C’était mieux avant ! ». C’est parce qu’ils étaient plus jeunes. Ils aimaient mieux être jeunes que vieux. Mais le monde, y a des gens merveilleux maintenant, voilà il a changé à cause d’Internet, mais dans le fond y a toujours eu des braves gens, des gens sympas et puis des connards, c’est comme ça, c’est la vie. Alain Souchon

ce qu’ils en pensent |

Cela faisait onze ans que Souchon n’était pas apparu seul avec un album de chansons originales. On doit bien reconnaître que sa voix manquait, en contrepoint du concert des inutiles, à rebours des vulgarités, des breaking news en carton, sous les radars de la hype ou au-dessus de la mélasse.Christophe Conte, Libération
« La vie ne vaut rien » conclut la soirée avec une justesse folle. Car oui, « rien ne vaut la vie ». Et avec Alain Souchon elle était pendant près de deux heures un peu plus belle que d’habitude. Benjamin Locoge, Paris Match
Alain Souchon n’avait pas dévoilé de chanson inédite en solo depuis onze ans et l’album Écoutez d’où ma peine vient (2008). On le retrouve dans son style éblouissant, drôle, profond et romantique. Nathalie Lacube, La Croix
abonnez-vous