saison 2019·20

  • par le boudu

Créé en 2001, joué plus de 800 fois, Par le Boudu est un spectacle de clown mythique, bavard, aigre, désespéré et drôle qui emprunte autant à Jean Renoir qu’à Samuel Beckett.

perdant magnifique

par le boudu

clown
à voir avec les adolescents

de et avec Bonaventure Gacon

création lumière Olivier Grandperrin
production/diffusion Marc Délhiat
production La Toupie
remerciements Catherine Germain, François Cerventes, Titoune, Nicautain, le Prato, les Saltimbanques, le Colibri

l’histoire

Avec sa barbe hirsute, son bout du nez rouge, son verbe haut et cru, ses mauvaises manières, ses mots décousus comme ses vêtements, sa méchanceté revendiquée, Boudu est un pauvre hère. Il a un peu trop bu, mal au coeur, son pauvre coeur d’ogre… Boudu ne raconte pas vraiment une histoire. Il se raconte. Il se livre par bribes. Il est devant sa grotte et puis il se met à parler tout haut. Il ne s’adresse pas vraiment au spectateur. Il se parle à lui. Il monologue. Il se tait et de son silence renaît bientôt une parole qu’on entend.

ce qu’ils en disent

J’ai voulu faire ce spectacle comme un livre pour enfants mais pour adultes. Quand on est tout seul, avec un livre pour enfants, on redevient gamin. Mais si on le lit à un enfant, on a de nouveau une conscience d’adulte. J’ai essayé de retrouver un état d’enfance dans l’adulte, de faire une poésie assez brute, comme une sorte d’art brut, un peu craché, un peu jeté, d’en passer par l’instinctif et le viscéral. […] Boudu, c’est aussi le bout du – le bout du rien, la fin de la plaine. Il est au bout du désespoir et cela se traduit par une espèce très particulière de comique. Le clown est celui pour qui la vie est difficile mais la force du théâtre, ou du cirque, c’est qu’à cet endroit-là on peut rire de l’humanité triste. Bonaventure Gacon

ce qu’ils en pensent

Aussi bon comédien qu’acrobate, aussi juste que généreux à provoquer les rires. Son Boudu a déjà sa place auprès des grands clowns de l’histoire du cirque. Thierry Voisin, L’Express
Le Boudu est une épave. Un clown méchant et qui le revendique. Mais c’est en endossant toute l’horreur du monde que le personnage de Bonaventure Gacon libère le rire. Daniel Conrod, Télérama
Tant de pessimisme imbibé pourrait être sinistre, et pourtant ce Boudu, ce Gacon, nous offre une très bonne aventure. Le Canard enchaîné

rencontre avec l'équipe artistique à l'issue de la représentation du jeudi 8 novembre

saison 2018·19

durée 1h salle Pierre Vaneck
  • mercredi 7 novembre 2018 | 21h00
  • jeudi 8 novembre 2018 | 20h30
  • vendredi 9 novembre 2018 | 21h00

Bourse d'échange de billets

La bourse d'échange est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.

Covoiturage

La bourse de covoiturage est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.