contact

contact

le diable aux corps
contact

contact

le diable aux corps

l’histoire

À la fois somme, hommage, fourre-tout, malle pleine d’accessoires et de personnages, d’histoires gigognes, Contact est un spectacle en musique (live) qui, compilant les genres et les disciplines, résiste au résumé. Il s’agit de suivre une quinzaine de danseurs multicartes à travers l’élaboration et les répétitions d’une comédie musicale dont le mythe de Faust assure le fil rouge. On sait à quelle errance se condamne Faust en signant son pacte avec le diable, et c’est dans les cercles de cet enfer débridé et joyeux, à la fois cirque, revue, concert que nous entraîne l’illusionniste Decouflé. Laissons- nous guider, il a la clé. Contact !

ce qu’ils en disent

Le titre évoque le fait de se toucher, mais aussi la chanson de Gainsbourg avec Brigitte Bardot, ou encore bien sûr, le Kontakthof de Pina Bausch. Mille histoires se croisent dans la pièce. L’argument de base était de suivre une troupe montant une comédie musicale... Au fil de la création, Contact est aussi devenu une adaptation de Faust, à partir du livre de Goethe traduit par Gérard de Nerval, également inspirée par Faust de Murnau et Phantom of the paradise de Brian de Palma. Je n’ai réuni que des gens avec lesquels j’avais déjà travaillé, certains depuis 25 ans, mais je mélange les générations, l’âge des danseurs va de 24 à 63 ans. Pour la musique, centrale comme dans toute comédie musicale, j’ai fait appel à Nosfell et Pierre le Bourgeois. On se connaît et on se comprend de mieux en mieux. Nous avons les mêmes obsessions artistiques peut-être, et je pense que ça se sent sur le plateau. Philippe Decouflé

ce qu’ils en pensent

Le charme d’une vraie revue, où tous les tempéraments d’artistes s’affrontent dans une drôle et chatoyante galerie de corps et d’humeurs. Le style féérico-fantasque de Decouflé emporte tout. [...] Saynètes inspirés de Faust avec un Christophe Salengro irrésistible et une Marguerite nunuche aussi dégingandée que lui... Emmanuelle Bouchez, Télérama
On adhère parce que ce genre de spectacle « total » est rare et précieux : chacun y a sa signature, des scénographes et vidéastes aux interprètes, Philippe Decouflé ayant réglé les danses de groupe, le reste étant concocté avec chacun de la bande. Quant à la musique originale créée et interprétée en direct par Nosfell et Pierre Le Bourgeois, elle vaut à elle seule le déplacement. Marie-Christine Vernay, Libération


rencontre avec l'équipe artistique à l'issue de la représentation du vendredi 9 octobre

2015
2016