saison 2019·20

  • le miroir de jade
  • le miroir de jade

Sandrine Bonnaire écrit et explore les méandres du réveil de la conscience par le langage du corps.

corps et âme à reconstruire

le miroir de jade

création
oeuvre chorégraphiée

de Sandrine Bonnaire et Raja Shakarna


mise en scène et chorégraphie Raja Shakarna
avec Sandrine Bonnaire, Pauline Bayle et Élisa Gomez
kamantcha Gaguik Mouradian
percussions Yi-Ping Yang
et les voix de Pauline Ahache, Aurèle Bernard, Clarisse Bernard, Luc Chareyron et Adeline Guillot
collaboration artistique Alexander Moralès
regard dramaturgique Catherine Ailloud-Nicolas
composition musicale Gaguik Mouradian et Yi-Ping Yang
scénographie et costumes Bruno de Lavenère
son Frédéric Bühl
lumière David Debrinay
coiffures et maquillages Emma Fernandez création à La Comédie de Valence remerciements Richard Brunel, Nawfel Ibrahim, Anne-Marie Kodjovi, Maxime Shakarna et au Théâtre des Champs-Élysées production La Comédie de Valence, Centre dramatique national Drôme-Ardèche

l’histoire

Sortie du coma, Jade doit se confronter au bouleversant chemin du retour dans un environnement qui est le sien, mais où elle se sent inéluctablement étrangère. Depuis son étrange plongée dans un état où le langage verbal s’est éteint, Jade, déshumanisée jusqu’à la perte de la conscience de son genre sexué, découvre l’altération de tous ses repères et se reconstruit pas à pas.

ce qu’ils en disent

Il y a quelques années j’ai été très violemment agressée. J’ai alors été amenée à réparer, soigner toutes ces blessures. J’ai dû me réparer physiquement. En faisant ce travail de rééducation, j’ai développé la conscience de mon corps et je le connais dans ses moindres détails. Nous avions beaucoup échangé avec Raja à ce sujet, et trouvions intéressant de construire une histoire à partir de ce parcours : un corps brisé, un mental brisé aussi. Une femme qui se relève doucement, grâce à d’autres, grâce aussi à la force que le corps implique car il est vraiment magique. C’est avant tout une histoire, celle d’une femme détruite qui vit une renaissance. Cette histoire passe par le corps mais aussi par la voix : du souffle, des rires… C’est un mélange de comédie, de mime, de danse… Un personnage certes muet mais qu’on entend quand même. Sandrine Bonnaire

ce qu’ils en pensent

Une oeuvre chorégraphiée pour donner à Sandrine Bonnaire une partition dans laquelle le corps se fera essence, présence et langage. Face à elle, des comédiens vibrants de vie et de mots. Et pour faire que l’immobilité soit définitivement vaincue, la force envoûtante de la musique de Yi Ping Yang et Gaguik Mouradian, parce que parfois les notes sont plus puissantes que les mots pour donner le désir de (re)vivre. Catherine Ailloud-Nicolas

saison 2014·15

durée 1h15 salle Jacques Audiberti
  • mardi 3 février 2015 | 20h00

Bourse d'échange de billets

La bourse d'échange est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.

Covoiturage

La bourse de covoiturage est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.