saison 2019·20

  • Le barbier de Séville

Une des pages les plus célèbres du bel canto remise au goût du jour grâce à une mise en scène décapante et une exécution survoltée.

“la vitesse, la couleur, l’esprit et la classe”

le barbier de séville

opera buffa

musique Gioacchino Rossini
livret Cesare Sterbini
d’après la comédie de Pierre Augustin Caron de Beaumarchais
direction musicale Christoph Stiller
mise en scène Michiel Dijkema
costumes Claudia Damm
chef des chœurs Anton Tremmel
dramaturgie Karin Dietrich
avec Francisco Brito (Compte Almaviva) Thomas de Vries (Bartolo) Merit Ostermann (Rosina) Brett Carter (Figaro) Bernd Hofmann (Basilio) Sarah Jones (Berta) Erik Biegel (Fiorillo) Thomas Braun (Ambrosio) Aldomir Mollov (Un officier) Arnd Maier (Un notaire) Julia Palmova et Lynn Kao I clavecin
chœur et orchestre de l’Opéra d'État de Wiesbaden (Allemagne)
production Opéra de Wiesbaden (Hessisches Staatstheater Wiesbaden)

dans le cadre des Nuits d’Antibes avec le soutien de Joa La Siesta Casino d’Antibes

l’histoire

à Séville, au xviiie siècle. Le joyeux barbier Figaro aide le Comte Almaviva à conquérir Rosina. Mais Rosina est jalousement gardée par le vieux Docteur Bartolo qui compte bien, aidé du sinistre Don Basilio, épouser sa pupille au plus vite. Que faire pour contrer les projets du vieillard ? Figaro n’est pas à court d’idées. Toutefois la première tentative échoue. La seconde escapade, elle, réussira presque, et au terme d’échanges de billets, de déguisements et de situations abracadabrantes savamment réglées, l’amour de la belle Rosina et du Comte Almaviva, enfin rendu à sa véritable identité, finira par triompher.
Le Barbier de Séville de Gioacchino Rossini cumule plusieurs records : composé en deux semaines, il est l’œuvre d’un compositeur de vingt-quatre ans, qui en est déjà à son dix-septième opéra ! Cette production de l’Opéra de Wiesbaden réussit à se mettre à la hauteur de telles prouesses tant la musique sous la baguette de Marc Piollet jaillit ici avec aisance, limpidité et folle vitesse. La distribution est au diapason. Quant aux décors, costumes et mise en scène, ils cèdent à la plus grande loufoquerie.

ce qu’ils en pensent

Ce Figaro est non seulement très brillant du point de vue des voix, mais il enchante le public pour le traitement très particulier de son intrigue, une mise en scène extrêmement imaginative, des costumes et coiffures pleins d’audace. Il faut le voir et l’entendre ! Wiesbadener Kurier

Inutile d’être prophète : ce Barbier sera le cheval de bataille de l’année. Le célèbre opéra de Rossini, donné au Théâtre d’état à Wiesbaden, comble toutes les attentes du public : la vitesse, la couleur, l’esprit et la classe. Frankfurter Rundschau

première saison 2013-14

durée 2h50 avec entracte salle Jacques Audiberti
  • jeudi 10 octobre 2013 | 20h00
  • vendredi 11 octobre 2013 | 20h30

Bourse d'échange de billets

La bourse d'échange est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.

Covoiturage

La bourse de covoiturage est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.