saison 2020·21

Photo d'Antipolis Théâtre d'Antibes

le théâtre | présentation

Edito Jean Leonetti

Créé depuis maintenant plus de 7 ans, anthéa est devenu l’un des tout premiers théâtres de France en terme de fréquentation. Le nombre d’abonnés et de places vendues est en constante augmentation, et ce projet est porté par une volonté d’ouvrir la culture à tous, au travers d’une programmation qui allie l’excellence et la diversité.

Mais cette incroyable dynamique a été stoppée nette par la pandémie de Coronavirus. Cette crise sanitaire sans précédent a plongé le monde dans un enfermement contraint et le monde de la Culture a été particulièrement impacté par cet arrêt forcé des activités humaines. Pour anthéa, ce sont 81 représentations de 21 spectacles qui ont été annulées au printemps 2020.

Durant la crise, Daniel Benoin et toutes ses équipes ont travaillé à préparer la saison 2020-21 dont vous tenez le programme entre les mains. Plus que jamais, nous pensons que la Culture est un antidote à la crise. Proposer nouvelle saison d’anthéa après l’épreuve que nous avons traversée est à la fois une attente pour beaucoup et une responsabilité assumée par nous tous.

Le confinement et la distanciation physique sont des contraintes temporairement nécessaires mais à l’exact opposé de la philosophie à l’origine de la création d’anthéa. Les règles sanitaires seront bien sûr strictement appliquées en fonction de l’évolution de la crise, mais anthéa doit rester, plus que jamais, un lieu où les émotions se partagent collectivement, un lieu d’ouverture à tous les publics, de tous les horizons.

Nous avons fait le choix de démarrer la saison plus tard, au mois de novembre, afin de disposer du temps nécessaire pour proposer une programmation dans les meilleures conditions. Certains spectacles annulés se font une place dans cette nouvelle programmation, mais la saison 2020-21 apporte son lot de nouveautés avec de grands noms du spectacle comme Édouard Baer, Guillaume Gallienne, Daniel Auteuil ou Roschdy Zem et le retour d’habitués comme Niels Arestrup, Fabrice Luchini ou encore Gaspard Proust.

Je sais, cher public, que vous serez au rendez-vous pour qu’anthéa continueà faire vivre dans le partage la magie du spectacle vivant.
À bientôt à anthéa.

Jean Léonetti Jean Leonetti
Maire d'Antibes Juan-les-Pins
Président de la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis

Edito Daniel Benoin

Nous faisons du théâtre et, depuis la nuit des temps civilisés, nos masques ont été ceux de la comédie et de la tragédie. Ils servent à s’exprimer et non à se protéger. Nos règles sont celles du partage et non du repli, de l’échange et non de la distanciation. Notre force de frappe, ce sont nos équipes motivées et nos soldats sont les artistes. Certes avec les armes de la poésie, pour reprendre le mot de Pasolini, on ne peut pas combattre un virus mais on peut faire beaucoup à condition de le faire ensemble.

Nous avons sondé nos abonnés qui se sont montrés favorables à 70% au port d’un masque de protection si nécessaire. C’est une chance car la distanciation physique (1 siège sur 4) est, elle, impossible, ne serait-ce que pour des raisons financières. Le théâtre serait en faillite. Malgré les difficultés, savoir le public à nos côtés dans ces moments, être soutenus par le maire d’Antibes Juan-les-Pins Jean Leonetti et beaucoup de nos partenaires et mécènes est un réconfort dont nous voulons nous montrer dignes. Cela ne fera pas sans contrepartie : après des mois d’absence, nous sommes animés par un esprit de reconquête, et si nous comptons sur vous, il nous appartient de vous donner des raisons supplémentaires de revenir à anthéa.

Il fallait prendre des décisions et nous les avons prises : la saison commencera le 3 novembre 2020. Nous avons donc dû annuler 14 spectacles prévus pour la saison 2020-21, en plus des 21 spectacles et 81 représentations annulés ce printemps 2020.

Mais nous avons battu le rappel et demandé à nos plus fidèles amis de nous rejoindre pour cette nouvelle saison. Le 3 novembre, Gérard Depardieu sera là pour chanter Barbara dans un tour de chant qu’il a beaucoup remanié et renouvelé, et dans la salle Pierre Vaneck nous créerons le dernier texte d’Émilie Frèche Un prince avec sur scène Sami Bouajila. Un grand accueil et la première de nos créations de la saison.

Car une fois encore, nos productions sont et resteront le centre et le socle de l’activité d’anthéa. Presqu’un an après la date annoncée, je créerai pour la première fois en France Disgraced (Disgrâce), la pièce étonnante d’Ayad Akhtar avec le même Sami Bouajila et Alice Pol dans les rôles principaux. Parmi les autres coproductions, il y aura Monsieur X de Mathilda May avec Pierre Richard. Deux reprises du Collectif 8, 1984 et La Religieuse. Une variation du Collectif La Machine autour du Dr Jekyll et Mr Hyde. En 2021, Clément Althaus célèbrera en musique le 400e anniversaire de la naissance de Jean de La Fontaine. La reine de la piste avec Helena Noguerra sera un moment pop et pétillant et nous serons coproducteurs des nouveaux spectacles de Michel Boujenah et de Christophe Alévêque qu’ils créeront à anthéa.

Parmi les fidèles Fabrice Luchini ou Gaspard Proust seront de retour. Et nous accueillerons les nouvelles créations des amis Niels Arestrup, Édouard Baer, Guillaume Gallienne, James Thierrée, Daniel Auteuil, Imany, Philippe Decouflé, François-Xavier Demaison et François Berléand, Gad Elmaleh, Andrés Marín ...

D’autres noms viendront agrandir la famille : Éric Métayer dans une incroyable performance (Un monde fou). Le Théâtre de la Ville de Paris en la personne de son directeur Emmanuel Demarcy-Mota viendra pour la première fois avec L’État de siège d’Albert Camus, disparu il y a tout juste soixante ans. Le cinéaste Nikita Mikhalkov et ses acteurs moscovites présenteront un passionnant montage des nouvelles de Tchekhov. Et nous aurons le privilège d’être les seuls en France à recevoir Bob Wilson avec une merveilleuse version musicale du Livre de la Jungle. Julie Depardieu en musique également dans un portrait sensible de Misia Sert, la muse d’une époque. Alain Souchon fera escale deux soirs à anthéa, sans parler des danseurs du collectif belge Peeping Tom et j’en oublie.

Notre rêve a été interrompu en mars dernier. Mais on ne nous enlèvera pas de l’avoir rêvé et concrétisé depuis sept ans, sept belles et riches années, et rien ne nous empêchera de le poursuivre. Le jour viendra où la machine à rêves repartira. Nous vous attendons.

Daniel Benoin

Daniel Benoin Daniel Benoin
Directeur d'anthéa
antipolis théâtre d'antibes