saison 2016·17

Photo d'Antipolis Théâtre d'Antibes

le théâtre | présentation

Edito Jean Leonetti

Doté d’une architecture de grande qualité, alliant le béton le verre et l’acier, anthéa, porté par la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis, fait désormais partie des symboles fort de l’identité culturelle de notre territoire.
Le succès est au rendez-vous avec 10 700 abonnés et plus de 100 000 spectateurs. Le secret de cette réussite tient au caractère unique du lieu et à une programmation d’une exceptionnelle qualité que Daniel Benoin nous propose chaque année.
Offrant deux salles de spectacle - dont une permet d’accueillir 1300 personnes - et un plateau capable de recevoir tout type de spectacle, du plus grandiose au plus intimiste, anthéa n’est que modernité, confort et plaisir, de l’accueil jusqu’au toit-terrasse qui couronne le bâtiment s’ouvrant sur le Fort Carré, la Ville d’Antibes et la Méditerranée.
Théâtre classique ou contemporain, opéra, musique, danse, one-man-shows nous ont fait cette année vibrer du rire aux larmes, de la comédie au drame et ont satisfait les goûts plus audacieux et les plus classiques. anthéa est aussi un formidable outil de création. Ça va ?, Le Remplaçant, La Bohème sont autant de spectacles créés intégralement à anthéa.
L’une des grandes réussites d’anthéa est d’avoir tissé des liens forts avec la jeunesse et les acteurs culturels locaux en apportant un souffle nouveau aux initiatives dans ce domaine. Label Note fête la 10e édition des Nuits Carrées sur le toit d’anthéa quand les Déantibulations investissent la façade et la terrasse du théâtre. Des passerelles existent avec les festivals « Jazz à Juan » et Boeuf Théâtre mais également avec le Conservatoire de musique et d’art dramatique d'Antibes Juan-les-Pins et les médiathèques de la CASA.
Aujourd’hui, il apparaît comme une évidence qu’il fallait voir grand pour voir juste, et je tiens à remercier tous ceux qui ont cru en ce projet et qui l’ont soutenu et toute l’équipe de Daniel Benoin qui a réussi à transformer un théâtre tout juste sorti de terre en un espace qui s’est imposé comme un lieu incontournable de la culture azuréenne.
Je remercie aussi les partenaires que sont le Club Carré et ses entreprises pour leur soutien sans faille, le Conseil Départemental des Alpes-Maritimes pour sa participation croissante à l’aventure d’anthéa, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur qui s’associera pour la première fois au succès de notre théâtre communautaire lors de la saison 2016-17, ainsi que le casino JOA la Siesta, partenaire de la culture dans notre ville depuis plusieurs années.signature Jean Léonetti

Jean Léonetti Jean Leonetti
Député-Maire d'Antibes Juan-les-Pins
Président de la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis

Edito Daniel Benoin

Au moment d’écrire cet éditorial pour présenter la saison 2016-17 d’anthéa, mon regard se pose sur un mail que l’on vient de m’apporter concernant les nominations aux Molières 2016. Bien que peu sensible à ce genre de récompenses, je constate que 13 nominations sont décernées aux spectacles ou aux artistes que nous avons accueillis pendant la saison 2015-16 et que le même nombre de nominations sont attribuées aux spectacles ou aux artistes que nous allons accueillir en 2016 et 2017 !
Je ne pouvais trouver meilleure introduction à la saison qui arrive et qui s’inscrit – y compris au niveau des Molières – dans la continuité de la précédente : 63 spectacles dont 13 productions ou coproductions d’anthéa. Au-delà des chiffres, cela démontre surtout la place que notre théâtre a prise dans le paysage régional mais aussi national.
En effet, plusieurs des créations d’anthéa de 2015-16 seront jouées à Paris (Ça va ?, Le Remplaçant) ou en tournée dans toute la France avec les jeunes équipes qu’anthéa produit depuis la naissance de notre théâtre : Le Collectif 8 (L’Homme qui rit, Faust et, en 2016-17, Georges Dandin) ou La Machine (Le Procès, Don QuiXote, et Peter Pan, en 2017). Mais il y aura aussi Candide proposé par Jacques Bellay, un vieux compagnon de théâtre toujours d’une formidable jeune inventivité comme il l’a démontré cette année avec Cage. Nous allons aussi produire Une Vie de on, spectacle écrit par Jean-Claude Grumberg, auteur du magnifique Ça va ? que j’ai créé en janvier 2016, et qui partagera la scène avec sa fille Olga.
Notre action passe aussi par nos coproductions comme c’est le cas avec Novecento – qui revient nous dire au revoir cette saison – mais aussi Vera de Petr Zelenka que défendra Karin Viard, Acting, la dernière pièce de Xavier Durringer qu’interprèteront Kad Merad et Niels Arestrup, ou Dans la solitude des champs de coton mis en scène et joué par Charles Berling. Enfin, en ce qui me concerne, en dehors d’une courte reprise du Souper qui part en tournée avec Patrick Chesnais et François Marthouret, je mettrai en scène deux spectacles. L’un théâtral, adapté d’un célèbre roman de Stephen King, Misery, que j’avais monté et interprété il y a quinze ans et que Myriam Boyer a accepté de reprendre avec Michel Boujenah. L’autre est l’opéra le plus célèbre et le plus joué dans le monde : Carmen de Bizet. Cette production de l’Opéra de Nice, il m’a semblé logique d’en faire profiter notre public ; elle viendra chez nous immédiatement après les représentations niçoises. C’est aussi, bien sûr, un signe fort de collaboration entre la métropole et Antibes.
À côté de ces productions qui représentent la majeure partie de notre activité, nous accueillerons 50 spectacles souvent marqués par la présence de grands comédiens ou metteurs en scène qui viennent à anthéa pour la première fois : Fabrice Luchini, Thierry Lhermitte, Bernard Campan, Daniel Auteuil, Muriel Robin, Catherine Frot, Michel Fau, Valérie Lemercier, Patrick Timsit, Robin Renucci, Fellag, Mélanie Laurent, Zabou Breitman, Denis Podalydès, Joël Pommerat, Manu Payet, Lou de Laâge, Olivier Saladin (ex-Deschiens)... Cela est vrai aussi des chanteurs : Michel Jonasz avec Manu Katché, l’éternel Christophe et son nouvel album, Lambert Wilson qui chante Yves Montand, ou les prestations de Faada Freddy et des Niçois de Hyphen Hyphen. Avec Hofesh Shechter et ses Barbarians – grand succès du Festival d’Avignon 2015 – Maguy Marin est la seule chorégraphe invitée que nous n’ayons pas encore reçue. Ce n’est pas le cas d’Andrés Marín, Blanca Li, d’Eric Vu-An ou Eugénie Andrin. Mais les chorégraphes ne sont pas les seuls à revenir. Des acteurs (André Dussollier, François Berléand, élie Semoun, Isabelle Gélinas,...), des chanteurs (Yuri Buenaventura), des auteurs (Jean-Michel Ribes, Sébastien Thiéry...), des artistes polymorphes tels Nico and the Navigators reviennent aussi... Il y aura bien sûr et encore les découvertes que l’on veut vous faire partager. Des créations de jeunes artistes ou de jeunes troupes : La Religieuse par le Collectif 8 ; Vole ! d’Eva Rami ; Un paradis pour écrire, et surtout pour le reste... de Luc Girerd ; le magnifique Nobody de Cyril Teste salué par la critique et le public partout en France ; Un petit bout de paradis de et par José Pliya un des plus grands dramaturges français vivants. Dans le domaine du cirque, Il n’est pas encore minuit... autre très grand succès d’Avignon 2015, Extension qui vient de triompher à Paris. Et aussi Dark Circus par les Stereoptik, mêlant animation et performance musicale. Puis nous aurons Vincent Dedienne un des piliers de l’humour sur Canal +, et dans le domaine de la musique ce grand remake de The Dark Side of the Moon qui a propulsé Pink Floyd au sommet, les rockeuses Blondes et, surtout, la révélation de Joe Bel une magnifique chanteuse de rock-folk en train de naître à la scène.
Dans cet ensemble de plus de 63 spectacles, nous avons également reconduit le programme « Immersion » qui développe l'un des objectifs que nous nous étions donné en ouvrant ce théâtre : explorer l'avancement de la relation entre les arts numériques et le spectacle vivant. Nous irons un peu plus loin cette année en marquant d'un logo « immersif » les spectacles de la programmation qui participent à cette prospective.
C’est une saison très pleine que nous vous proposons à l’image des salles qui se remplissent tous les soirs pour notre plus grande joie. Venez nombreux pour voir et écouter ceux qui vont façonner la 4e saison de votre théâtre : anthéa.

Daniel Benoin Daniel Benoin
Directeur d'anthéa
antipolis théâtre d'antibes