Lorsque l'enfant paraît
Lorsque l'enfant paraît

Lorsque l'enfant paraît

catherine frot et michel fau au sommet du boulevard avec quatre nominations aux molières 2023
réservez

l’histoire

Michel Fau s’est bien gardé de prétendre « revisiter » la pièce d’André Roussin. D’entrée de jeu, le public est plongé dans un univers clos faussement cosy, entre des murs culs-de-sac d’un bleu acidulé et un canapé aux couleurs criardes. On est bien au début des années 1950, au moment où la pièce fut créée. On pénètre dans la vie rangée d’un soussecrétaire d’État à la famille, parangon de la défense de l’ordre moral bourgeois d’après-guerre. Il vient d’obtenir la fermeture des maisons closes et l’augmentation des peines sur les délits d’avortement. Mais tout bascule quand il apprend que sa femme attend elle-même un enfant et que son fils a mis enceinte sa secrétaire ! À l’heure où la question de l’avortement refait parler d’elle, cette pièce de boulevard acquiert sous les rires du public une dimension étrangement actuelle.

ce qu’ils en disent

Il y a chez Michel Fau un vrai amour du théâtre de boulevard. Les personnages sont effrayants et en même temps ils nous ressemblent. Le rire est féroce. Catherine Frot
Le théâtre de boulevard est passionnant, mais c’est dur de trouver des auteurs maniant le burlesque tout en ayant une humanité féroce. Il y a ce fiel chez André Roussin qui dynamite les bourgeois. Lorsque l’enfant paraît est une pièce des années 1950 formidablement méchante, avec des personnages odieux ! Michel Fau

ce qu’ils en pensent

C’est merveilleux de voir comment, avec une pièce qui date pourtant de 1951, Michel Fau réussit absolument à nous la rendre vraisemblable. Pourquoi ? Parce que c’est joué avec sincérité ! Le tout accompagné par le génie dramaturgique de Catherine Frot : elle est incroyable. Armelle Héliot, Le Masque et la Plume
On rit, on s’étonne, pour des choses qui encore aujourd’hui sont un sujet de discussion. Catherine Frot, indémodable actrice, nous embarque par son talent et la puissance de son incarnation, à croire à l’impossible et à s’émouvoir avec elle. Hélène Kuttner, Artistik Rezo
André Roussin en subtil observateur de la bourgeoisie, donne à voir une cellule familiale bien huilée et qui s’enraye. Et comme ses personnages avaient fini par croire à leur mascarade sociale, les voici tentant de sauver ce qui peut l’être encore. A ce petit jeu-là Michel Fau n’a pas son pareil, justifiant ses contradictions avec une mauvaise foi à hurler... de rire ! Sophie Jouve, France Info
réservez abonnez-vous