saison 2019·20

  • raoul

Cinq ans après, retour à anthéa pour une des toutes dernières représentations de son merveilleux seul en scène acrobatique et poétique.

les dernières d’un spectacle culte

RAOUL

mime acrobatique et poétique

mise en scène, scénographie et interprétation James Thierrée
costume et bestiaire Victoria Thierrée
son Thomas Delot
lumières James Thierrée, Bastien Courthieu
interventions scéniques Samuel Dutertre
régisseurs plateau Guillaume Pissembon, Anthony Nicolas
régisseur lumière Bastien Courthieu
habilleuse accessoiriste Sabine Schlemmer
assistantes à la mise en scène Laetitia Hélin, Sidonie Pigeon
volutes électriques de Matthieu Chedid
intervenants artistiques à la création Kaori Ito, Magnus Jakobsson, Bruno Fontaine
confections, fabrications Victoria Thierrée, Monika Schwartzl, Matthieu Bony, Marie Rossetti, Pierre Jean Verbraeken, Jean Malo, Véronique Grand, Pauline Köcher, Brigitte Brassart, Philippe Welsh

production La Compagnie du Hanneton - Junebug
coproduction La Coursive - Scène nationale de La Rochelle, Théâtre Royal de Namur, La Comédie de Clermont- Ferrand, Théâtre de la Ville-Paris, barbicanbite09 (Barbican Theatre Londres) et Crying out Loud, Abbey Theatre Dublin, Maison de la Danse Lyon, Théâtre National de Toulouse

l’histoire |

Raoul est une sorte de roi solitaire et déchu, retranché dans une tour qu’il a construite luimême pour se mettre à l’abri de ses démons et du monde. Un visiteur se présente un jour pour prendre d’assaut l’édifice. Cet assaillant n’est autre qu’un double de Raoul qui, dès lors, doit affronter ses peurs, voltiger dans les cintres, recevoir la visite d’un bestiaire fantastique composé d’un scarabée en métal, d’un poisson géant et d’une méduse en tissu… La scénographie s’organise autour d’une cabane faite de tôles, de tubes, et de matériaux de recyclage. Le spectacle reprend les thèmes de James Thierrée : univers enchantés ou inquiétants, machines de spectacle, animaux fantasmatiques ou oniriques.

ce qu’ils en disent |

Mes premiers souvenirs, ce sont les plateaux de théâtre, les projecteurs, les artifices. Depuis, je n’ai eu envie de rien d’autre que de créer ma propre aire de jeu, de mettre en scène mes fantasmes d’enfant. J’ai des envies de voler ? Je le fais sur scène. J’adore imaginer des décors impossibles, bidouiller des systèmes, même foireux, de magie visuelle. J’utilise jusqu’à la moelle épinière la machinerie théâtrale, ses poulies, ses cintres, je suis friand des effets manuels. C’est un privilège de construire le navire sur lequel on s’amuse et on gagne sa vie. James Thierrée

ce qu’ils en pensent |

L’art poétique de James Thierrée est ici au service d’une histoire sombre : il est souvent menacé, ce frêle personnage... Il s’en sort, et par le haut si l’on ose dire (extraordinaire sortie de scène). Jamais il n’a été aussi loin dans l’exercice de ses dons physiques et intellectuels. Armelle Héliot, Le Figaro
Avec Raoul, James Thierrée se veut plus dansant et théâtral. L’artiste s’est mis à aborder le sol d’une autre façon, et cela a beaucoup plu au public. Une révélation pour celui qui avait le sentiment de ne pas avoir assez donné s’il ne finissait pas éreinté. Barbara Téate, Le Journal du Dimanche

durée 1h30 salle Jacques Audiberti
  • mardi 15 octobre 2019 | 20h00
  • mercredi 16 octobre 2019 | 20h30
Vente à l'unité à partir
du samedi 14 septembre 2019 à 15h.
abonnez-vous en ligne

Bourse d'échange de billets

La bourse d'échange est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.

Covoiturage

La bourse de covoiturage est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.