saison 2019·20

  • bigre

« Mélo burlesque » : tout est dit dans cette contradiction. Les interprètes de Bigre sont là où on ne les attend pas, et de ce décalage permanent naît un rire aussi inclassable qu’irrésistible.

molière de la comédie

bigre

théâtre

de Pierre Guillois
co-écrit par Agathe L’Huillier, Olivier Martin-Salvan
mise en scène Pierre Guillois
avec Bruno Fleury, Anne Cressent, Jonathan Pinto-Rocha

assistant artistique Robin Causse
costumes Axel Léonard
lumières Marie-Hélène Pinon, David Carreira
son Roland Auff ret, Loïc Le Cadre
effets spéciaux Abdul Alafrez, Ludovic Perché, Judith Dubois, Guillaume Junot
construction décor atelier JIPANCO et l’équipe technique du Quartz, Scène nationale de Brest
production Compagnie le Fils du Grand Réseau
coproduction Le Quartz, Scène nationale de Brest / Le Théâtre de L’Union – Limoges, Centre Dramatique National du Limousin / Le Théâtre de la Croix Rousse - Lyon
avec le soutien de Lilas en scène, Centre d’échange et de création des arts de la scène

l’histoire

Il s’en passe de drôles dans les soupentes ! Dans trois bien trop petites chambres de bonnes, haut perchées sous les toits de Paris, on assiste à la vie quotidienne d’un gros type, d’un grand maigre et d’une blonde pulpeuse, voisins de couloir. Tout pourrait bien se passer si justement nos trois malheureux n’avaient comme particularité de tout rater. Les catastrophes s’enchaînent, les gags pleuvent, tandis que ces trois marionnettes sans fil s’accrochent à tout ce qui ressemble à l’amour, à la vie ou à l’espoir. Grâce à une machinerie digne du grand guignol, les objets volent, les corps valdinguent et tout l’étage mis sens dessus dessous achève la fable dans un chaos étourdissant.

ce qu’ils en pensent

Un volume de Pierre Guillois + une dose de Deschiens + un trait de mélancolie + un soupçon de Mr Bean = Bigre. On savoure ce cocktail surprise. Anna Nobili, Elle
Pierre Guillois s’impose comme un dramaturge pour qui l’humour est un engagement métaphysique et non un simple ressort dramatique. Autant dire que son travail est essentiel et obligatoire. Éric Libiot, L’Express
Tout ça a lieu sans prononcer un mot. Ce sont les corps, ici, les objets, les sons, qui racontent l’existence de ces personnages « stupéfaits par l’ingratitude du destin » et rendent cette existence d’autant plus émouvante. Fabienne Darge, Le Monde

saison 2018·19

durée 1h30 salle Jacques Audiberti
  • jeudi 24 janvier 2019 | 20h00
  • vendredi 25 janvier 2019 | 20h30
  • samedi 26 janvier 2019 | 20h30
  • dimanche 27 janvier 2019 | 15h30en plus

Bourse d'échange de billets

La bourse d'échange est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.

Covoiturage

La bourse de covoiturage est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.