saison 2017·18

  • françois d'assise

Voici plus de vingt ans que Robert Bouvier endosse la robe de François d’Assise et partage avec les spectateurs le message du saint et de l’homme.

ensainter les hommes

françois d'assise

théâtre
à voir avec les adolescents

texte Joseph Delteil
adaptation Robert Bouvier, Adel Hakim
mise en scène Adel Hakim
assistante mise en scène Nathalie Jeannet
scénographie Yves Collet, Michel Bruguière
lumières Ludovic Buter
son Christoph Bollmann
direction technique Bernard Colomb
avec Robert Bouvier

production Les Déchargeurs / Le Pôle diffusion en accord avec la Cie du Passage (Neuchâtel)
coproduction Théâtre Vidy-Lausanne E.T.E., Théâtre Saint-Gervais (Genève), Centre culturel suisse (Paris) et Théâtre des Quartiers d’Ivry - Centre dramatique national

l’histoire

En adaptant le François d’Assise de Joseph Delteil, mauvais élève du surréalisme quelque peu oublié, Adel Hakim donne à entendre un texte dont l’acuité et l’actualité ne sont pas à démontrer. Delteil est surtout connu pour son Jeanne d’Arc qui défraya la chronique et provoqua l’ire de Breton... En évoquant ici cette autre figure de la chrétienté, il ne nous enseigne pas le catéchisme mais interroge nos angoisses d’hommes face à la mort et notre manière de s’engager dans la vie. Chercher sa place en harmonie avec l’univers, aspirer à la dignité humaine malgré l’hostilité, la vulgarité et la violence des temps n’est pas la moindre des leçons de François d’Assise.

ce qu’ils en disent

J’ai appelé ce texte François d’Assise et non pas Saint François. Vous remarquerez que je tiens à cette nuance. Je prétends que tout homme, s’il le veut, peut devenir François d’Assise, sans être saint le moins du monde. Il faut un saint utilitaire, un saint qui ensainte les hommes. Nous vivons un véritable match entre l’histoire et la nature. L’humanité bureaucratique, métallique, aspire de nouveau à sa chair, elle veut prendre la clé des champs. Joseph Delteil

ce qu’ils en pensent

Bouvier, très juste, prête à François une naïveté d’appétit et d’allégresse, une réjouissante et barbare piété. Le Figaro
A cette poésie concrète et terrienne qui parle de la grâce, il fallait un comédien physiquement présent tout autant qu’évanescent. Bouvier joue sur les deux tableaux, à l’aise dans une mise en scène pétillante de liberté. Un régal. Emmanuelle Bouchez, Télérama
Un comédien incarné, transcendant le magnifique poème de Delteil, vigoureusement mis en scène par Adel Hakim. Didier Méreuze, La Croix
durée 1h25 salle Pierre Vaneck
  • mardi 10 octobre 2017 | 20h30
  • mercredi 11 octobre 2017 | 21h00
  • jeudi 12 octobre 2017 | 20h30en plus
Vente à l'unité à partir
du samedi 23 septembre 2017 à 15h.
abonnez-vous en ligne

Bourse d'échange de billets

La bourse d'échange est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.

Covoiturage

La bourse de covoiturage est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.