saison 2018·19

  • olivia ruiz

Après une lente période de gestation, Olivia Ruiz revient avec l’album de la maturité sans avoir rien perdu du feu et de l’imprévisibilité qui font tout le charme de cette artiste.

à nos corps aimants

olivia ruiz

concert assis (numéroté)
et debout (placement libre)

chant Olivia Ruiz
clavier, trombone, trompette, choeurs, melodica David Hadjadj
batterie, percussions Frédérique Jean
basse, contrebasse, guitare, choeurs Matthieu Denis
dulcimere, pitle, nyckelharpa, guitare, scie musicale, choeurs, bulbul tarang, banjo Franck Marty
guitares, ukulélé, charango, choeurs, percussions Vincent David

production Asterios

l’histoire

Quatre années se sont écoulées depuis le succès du Calme et la Tempête, un disque très personnel dont la chanteuse avait signé paroles et musiques. Mais Olivia Ruiz n’est pas de celles qui se retournent en chemin, nulle nostalgie, elle multiplie les projets et les rencontres. Après avoir sillonné le monde en chansons et réalisé un premier court-métrage, elle a signé Volver, une comédie musicale avec le chorégraphe Jean-Claude Gallotta sur l’histoire d’une immigrée espagnole. Avec ses Corps aimants, elle a élaboré un disque plein et varié, entre berceuses et séquences endiablées, douceur et provocation, pour chanter les métamorphoses des corps qui ne sont rien sans l’esprit. On retrouve à la réalisation édith Fambuena, Jiminy Cricket de Daho ou Bashung, une bonne âme qui veille sur ces corps inspirés.

ce qu’ils en disent

L’album peut être vu comme un hommage à la femme, à la féminité au sens noble du terme : pas la guerrière qui veut tout écraser sur son passage, mais celle qui assume toutes ses fonctions, de mère, de travailleuse, de citoyenne. Dans « Mon corps mon amour », quand j’écris « Je baise donc je suis », il y a l’affirmation du désir féminin, de son envie, de son besoin, mais ma façon d’exprimer mon féminisme est certainement plus douce que celle des Femen ou des Chiennes de Garde, même si je reste outrée par l’inégalité de traitement entre hommes et femmes, et par le sexisme ordinaire. Olivia Ruiz

ce qu’ils en pensent

Ses textes réalistes ont les couleurs acides des toiles d’Otto Dix, sa voix prend l’allure d’une Edith Piaf évoluant dans un cabaret kurtweillien. Olivia Ruiz se dépasse dans son nouvel album. Madame Figaro
à 36 ans, Olivia Ruiz revient charnelle et sensuelle. Un cinquième enregistrement physique, organique, qui lui a donné des ailes encore plus grandes, oiseau de nuit, de folie, tout au long de ce nouvel album envoûtant et audacieux. Le Parisien
Olivia Ruiz s’est imposée comme l’une des artistes les plus originales de la scène d’ici, avec ses chansons baroques et barrées et sa fougue malicieuse d’elfe latino. A nos corps aimants persévère dans le registre à la fois sensuel et espiègle, aérien et charnel, romantique et foldingue, qui l’a vue collectionner les disques de platine, victoires en tous genres et tournées internationales. Philippe Barbot, Rolling Stones

saison 2017·18

durée 1h20 salle Jacques Audiberti
  • mardi 5 décembre 2017 | 20h00

Bourse d'échange de billets

La bourse d'échange est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.

Covoiturage

La bourse de covoiturage est actuellement fermée.
Elle sera disponible dès le début de saison.
Merci de votre compréhension.